Le « sang impur » de la Marseillaise n’a jamais été celui des français

Depuis mai 2014, je retrouve régulièrement le même « article » dans les pages des réseaux sociaux ou sur des sites dédiés à la gloire des paroles de notre hymne national sous des pseudonymes différents. Ce type de publication génère des commentaires souvent incendiaires et méprisants à l’égard de tous ceux qui comme moi ne partagent pas l’enthousiasme général pour les mots violents de ce chant de guerre.
Mais là, trop c’est trop : une « amie » facebook’ienne vient à son tour de « partager » un texte que je connaissais déjà, et donc de le promouvoir sur sa page. En voici quelques extraits suivis de mon « commentaire » :

« J’en ai marre d’entendre les gens (Jamel Debouze, Lambert Wilson et compagnie ) critiquer la Marseillaise à cause de cette phrase : « qu’un sang impur abreuve nos sillons »
On ne peut pas leur reprocher leur ignorance (…) Alors explication de texte :
A l’époque, ce qu’on appelait le sang pur, c’était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d’officiers dans l’armée. Lors de la Révolution, et notamment de l’attaque des autrichiens, les nobles se sont enfuis et ne restaient donc que des « Sangs impurs » (Républicains), par opposition au « Sang pur » (royaliste). Au cri de la « Patrie est en danger », c’étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l’envahisseur et qui étaient disposés à verser leur sang pour la liberté.
Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.
« Qu’un sang impur abreuve nos sillons » signifie donc que c’est notre « Sang impur » à NOUS, le peuple, qui nourrira nos terres.
En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi. Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l’ennemi nourrit nos terres, nos sillons.
(…) désolé pour les incultes. Méfions-nous de cette approche socio-libertaire et antimilitariste simpliste qui avance sournoisement pour adapter l’Histoire à sa guise !..Chat sur bonnet frigien -2014-

Ben me voilà donc promu au rang d’inculte socio-libertaire antimilitariste sournois.
Wouah !!! Huit années de recherches et découvertes passionnantes (parfois épuisantes) sur le contexte de la création de ce chant de guerre qui se closent avec cette nouvelle distinction à ma boutonnière et solde de tout compte…
Plus sérieusement, voici maintenant mon commentaire ouvert à tous, suite au « partage » de mon « amie facebook’ienne » :

Bonjour,
En « partageant » avec facebook, vous faites la promotion d’un individu… visiblement militariste, passablement misogyne, populiste, politiquement très opposé à vous, qui affirme des énormités sur le déroulement de notre histoire.

Vous faites la promotion d’un individu… qui contribue à propager une idée révisionniste récente (aucune trace avant 2003) expliquant que « le sang impur qui abreuve nos sillons » est celui de Rouget de Lisle et ses soldats !!! Selon ces faussaires de l’Histoire, cette expression ne désigne pas, comme on l’avait toujours cru, le sang des ennemis, de la coalition, à qui la France venait de déclarer la guerre en avril 1792 mais celui des Français !!! (Cette nouvelle interprétation, ce tour de passe-passe, ne tient pourtant pas une seconde devant les faits historiques, les archives nationales, départementales, municipales et aussi étrangères. Cette théorie très contemporaine est née dans l’imaginaire de l’essayiste Frédéric Dufourg et publiée en 2005. Reprise par Dimitri Casali en 2012. Puis par d’obscurs personnages politiques pas franchement charismatiques ! JAMAIS AVANT CELA CETTE THÉORIE N’AVAIT EXISTE, mais elle a « métastasé » sur internet  et en quelques années tente de s’imposer comme le vrai sens de cette hideuse expression)
Vous faites la promotion d’un individu … qui n’hésite pas à affirmer qu’il existait des tranchées sur les champs de batailles au 18è siècle ! Un siècle et demi avant les guerres de position du début du 20è siècle !
Vous faites la promotion d’un individu… qui affirme sans rire que les nobles se sont enfuis lors de « l’attaque des Autrichiens » (sic) !!! et qu’il ne restait plus que des « sang-impurs » inexpérimentés pour défendre le pays …(là, c’est grotesque !)

Quelle ignorance des faits. Que de raccourcis simplistes et spécieux. Que de sottises en guise d’étendard de la connaissance.
Ce texte franchouillard témoigne d’une absence complète de culture historique sur ce segment de l’Histoire. Mais il fleurit  sur de nombreux blogs de l’extrême droite à l’extrême gauche, lesquels ne citent pas leurs sources, souvent même présentent ce texte comme s’ils en étaient les auteurs… Bref les perroquets du net sont à l’œuvre.
Mais vous, non pas vous ! comment pouvez-vous soutenir cela ? Vous qui connaissez l’importance de vérifier les sources !
Si elles parlent à votre cœur, continuez de chanter ces horribles paroles qui suggèrent de transformer nos adversaires en fumier pour la terre, en engrais liquide… C’est votre droit au service de votre conscience.
Mais en partageant cette publication, donc en soutenant cet individu, vous discréditez ces milliers de personnes : personnalités connues de toutes les époques -où inconnues comme moi- qui de Jean Jaurès à Paul Émile Victor, de Hubert Reeves, Lambert Wilson, l’Abbé Pierre, Charles Aznavour… à Natalie Dessay, dénoncent ces mots infâmes au nom de la Fraternité entre les hommes. Sans oublier les dessinateurs assassinés de Charlie Hebdo qui exécraient ce chant  ! Un comble de les avoir ensevelis avec !
Avons-nous le droit de penser différemment ?
De penser que ces paroles sanglantes sous leurs apparences trompeuses : de défense de la Liberté, d’amour de la patrie ou je ne sais quoi… nous placent au même niveau mental que les barbares qui assassinent nos enfants (mon plus jeune fils était au Bataclan le samedi précédent les crimes et voulait y retourner le soir du 13 novembre pour écouter le groupe eagle-of-death qu’il aimait ; mais la providence l’en a détourné au dernier moment ai-je appris dans la nuit terrible à 5 heures du matin !).
Tout cela est parfaitement résumé par le dessin de Patrick Chappatte relatif aux assassinats de Charlie Hebdo de Janvier 2015 dans le journal « le temps » de Genève et que je relaye sur mon site avec son autorisation.
Bien à vous au-delà de nos différences.
Pierre M.

"Un hymne, c'est une fenêtre ouverte vers un idéal commun qui nous élève..." Est-ce bien cela qui abreuve nos sillons ?
« Un hymne, c’est une fenêtre ouverte vers un idéal commun qui nous élève… » Est-ce bien cela qui abreuve nos sillons ?